Tutoriel : Restauration d'un réservoir - Kit RESTOM

Qui concerne les difficultés Moteur, Transmission, Trains Av et Ar, Suspensions, Freins... Aussi tout renseignements pour vos différents entretiens.

Modérateurs: fam, fabbe, alexblomme, mister ve

Tutoriel : Restauration d'un réservoir - Kit RESTOM

Messagepar Bentycox » Dim 10 Sep 2017, 21:26

Bonjour à tous !

Pour la plupart des amateurs de voitures de collection, la réputation du fabriquant RESTOM n’est plus à faire. Spécialisé dans la restauration de nos ancêtres, il se démarque en commercialisant des produits permettant à tout un chacun une restaurant respectant l’esprit d’origine, avec une qualité et une durabilité éprouvée.



Ce jour, je vais vous parler de la restauration d’un réservoir de combi T2 A, et de sa préparation en vue de la remise dans le combi.
La réfection du réservoir mis à part (soudures éventuelles, mise en peinture, etc..), c’est surtout l’utilisation et l’application du Kit RESTOM que je présenterai et illustrerai au travers de mes explications.

Dépose du réservoir (modèle T2 A)

Sur un combi, pour les premières (T1) et deuxièmes (T2 A, AB et B) générations (je n’ai jamais travaillé sur un T3), le réservoir de carburant se trouve juste derrière le moteur. Il ne peut être enlevé sans avoir au préalable déposé le moteur.
La vérification du bon fonctionnement et de l’état de ce qui acheminera l’essence (conduites, durites, joints, filtre, robinet, ..) est très importante. Si un élement est défectueux, on risque le départ de feu et, dans ce cas, vu les litres d’essence se trouvant dans le réservoir derrière le moteur, vous n’aurez que peu de marge de manœuvre. Hors de question d’assister sans manœuvre possible à l’incendie du combi !
Dès lors, aux vu des risques, il ne vous coute rien de faire un état des lieux du circuit d’essence après avoir déposé le moteur, si vous devez effectuer une réparation sur ce dernier. Dans le cas d’une restauration, ce travail est indispensable !

Après dépose du moteur, on accède au réservoir en enlevant la tôle de séparation moteur-réservoir, maintenue par plusieurs vis Parker. Etonnamment, les vis Parker présentes sur mon combi étaient relativement rouillées ; elles seront remplacées par de nouvelles vis en inox (Diam 4,8 x long 16mm).
Ensuite, il faut déconnecter les durites d’essence, le filtre à carburant et le robinet d’essence. Attention, ne faites pas l’erreur que j’ai faite : n’oubliez pas de vidanger complètement le réservoir d’essence ! J’ai du m’amuser à récupérer les 20 litres qu’il restait dans le réservoir... Sans en mettre partout, je ne vous raconte pas la galère !

Le réservoir est maintenu dans son compartiment par deux « lanières » métalliques, dont l’extrémité comporte un filetage. Il faut donc enlever les deux écrous (accès par le bas) qui les tiennent et bien les désolidariser du réservoir. Vu les années passées, elles peuvent difficilement se décoller.




Il faut encore déconnecter le tuyau de remplissage d’essence (Tuyau en caoutchouc de 57 mm de diamètre), qui se trouve en haut à droite et rejoint la trappe à essence.
Au niveau de ce tuyau de remplissage, il est droit sur un modèle T2A, et courbé sur un T2 AB/B (à partir de 1972). Bien qu’il puisse être remplacé même si le moteur est remonté, je conseille de le remplacer (si l’état le nécessite). Coût d’une grosse vingtaine d’euro pour un tuyau droit, +/- 80 euros pour un modèle coudé.

Enfin, avant de déposer le réservoir, déconnecter les tuyaux rigides et raccords souples du reniflard (=mise à l’air). L’état de ces derniers importe peu car ils ne sont normalement pas en contact direct avec l’essence et permettent l’arrivée d’air dans le réservoir. Par acquis de conscience, ils seront tout de même remplacés.
Il ne reste plus qu’à enlever le réservoir par l’ouverture du compartiment. Il est parfois nécessaire de « jouer » avec pour le sortir ; personnellement, j’ai commencé par soulever le coté gauche, puis le droit.


Fonctionnement du Kit RESTOM

Le réservoir d’origine est en acier. Le problème étant que, par condensation et avec le temps, de la rouille apparaît dans ce dernier. Celle-ci, même en petite quantité sera mélangée dans l’essence et finira (malgré le filtre) à se retrouver dans le carburateur. SI vous ne voulez pas être amené à démonter régulièrement le carburateur pour le nettoyer, cette solution me semble être la plus adaptée.

Le Kit Restom a pour but final de traiter le réservoir de l’intérieur en appliquant de la résine sur toutes ses parois, en ce sans l’ouvrir. Au final, on créer un réservoir dans le réservoir, sauf que celui qui est crée empêche la formation de rouille. Selon le producteur, le kit garanti une survie supplémentaire de 30 ans.

Image


Le Kit Restom est disponible en plusieurs tailles, convenant des plus petits réservoirs (- de 5 litres) aux plus gros (+ de 100 L). Pour un réservoir de combi, il faut compter un coût de +/- 80 euros. Le Kit se compose d’un litre de dégraissant, d’un litre de dérouilleur/phosphatant, d’un pot de résine, d’un pot de durcisseur et du mode d’emploi. Pas la peine de se faire peur pour les quantités, tout est prévu en conséquence et le mode d’emploi est plutôt explicite.


Avant l’utilisation du kit

Image

Par chance, malgré quelques attaques de rouille, le réservoir était en assez bel état. Toutefois, difficile de juger de l’état des parties non visibles (encore que, avec une bonne lampe, on peut sonder pas mal).
Quoi qu’il en soit, la rouille est un peu présente, et même si on la supprime en ponçant, on sera à l’aise pour quelques temps mais elle finira par revenir..
Afin d’utiliser le kit correctement, et pour éviter de le « faire agir » inutilement, j’ai décidé de nettoyer le réservoir une première fois à l’essence, en y insérant des billes.

Image

Un conseil : utiliser un nombre de billes défini et secouer avec l’essence avec beaucoup d’entrain, et dans tous les sens. Bien compter les billes lorsqu’on enlève le tout, afin de ne pas en oublier une.
Pour les plus perfectionniste et dans le cas où il semble vraiment attaqué de l’intérieur, l’usage d’une bétonnière peut s’avérer utile et … plus simple ! On le ficelle bien et on laisse tourner pendant 30 minutes ;)
En ce qui me concerne, 1 h à 1h30 de secouement intensif : ça fait des bras ! Mais résultat concluant car le plus gros s’est détaché (Bon ok, il y avait vraiment pas grand chose dans mon cas :-D) :

Image

Voilà, après vidange de l’essence, on laisse simplement sécher, au mieux on sèche à l’air comprimé.

Utilisation du Kit RESTOM

Comme expliqué plus haut, la notice du kit est relativement bien expliquée. De plus, vous y trouverez plusieurs informations, dans le cas où vous réalisez une réfection complète du réservoir (quand appliquer la peinture, etc.).
Quoi qu’il en soit, le mode d’emploi conseille de respecter scrupuleusement les étapes décrites et leur bonne application pour être sur d’optimiser l’application de la résine, son adhérence et sa longévité.

Au niveau de la durée de chaque étape, pour les plus méticuleux, vous observerez que j’ai laissé parfois les solutions liquides plus longtemps que décrit dans le mode d’emploi. En réalité, les durées préconisées d’action sur les bouteilles sont beaucoup plus élevée (10h voire 15h au lieu des 5 du mode d’emploi). J’ai donc décidé de couper à certain moment la poire en deux, et de juger au visuel.
Enfin, pour information, sachez que les produits (dégraissant SDT 4060 et dérouilant-phosphatant PAC 2030) sont certifiés jetables à l’égout après l’utilisation. Une bouche d’égout à proximité, c’est le top pour bien vider le réservoir et le rincer à l’eau, sans avoir peur d’éclabousser un peu ;)


a) Nettoyage et dégraissage complet du réservoir (SDT 4060)


Proportionnellement au volume du réservoir, il est conseillé de mélanger le litre de dégraissant à 10 Litres d’eau très chaude et de laisser agir au minimum 5 heures le produit dans le réservoir. Jusque là, pas chinois ;)

Bien entendu, on veille à secouer le réservoir pour que le produit imprègne toutes les surfaces internes du réservoir.
Il est donc nécessaire de boucher toutes les entrées d’air/d’essence habituelles : trou de remplissage, trou de jauge, robinet d’essence, etc. Pour le robinet d’essence, je continue de l’insérer en mettant un tuyau avec un serflex à son extrémité extérieure. Pour les autres « entrées », j’utilise de nouveau du ruban adhésif type « chatterton ».

Attention par contre ! Lorsque l’on secoue, le ruban ne suffit pas toujours. Le ruban du trou de vidange a laissé passé un peu de produit et, est-ce le produit ou le mélange avec d’autres, cela a enlevé la peinture sur une petite partie du réservoir !

Image
Vue de la peinture attaquée sur le réservoir

Dans le cas de dépôt très important (pas mon cas) type aspect de caramel, on peut même laisser le produit agir pendant une nuit, en mettant une couverture au dessus du réservoir pour garder la chaleur.

En ce qui me concerne, 6 heures plus tard, vidange du réservoir et rinçage à l’eau, en utilisant le tuyau d’arrosage. Séchage à l’aide d’air comprimé.


b) Reprise des soudures défaillantes (à l’étain)


L’étape de réfection de trous ou autres , c’est maintenant !
Pour les trous importants, il est nécessaire de passer par cette étape. Pour ceux qui ont la taille d’une aiguille (max 0,2 mm), ce n’est pas obligatoire.
Attention à bien dégazer le réservoir pour éviter que ça vous explose à la figure !


c) Dérouillage et Phosphatage (PAC 2030)


Image

L’étape du dérouillage et phosphatage est l’étape la plus cruciale avant l’application de la résine, le but étant d’enlever la rouille complètement pour éviter que ça ne reprenne.
Cette étape n’est par contre pas plus compliquée que la précédente… il suffit de mélanger 1 litre d’eau au litre de produit PAC 2030.

On laisse agir (on peut voir des bulles de réactions de temps à autres) jusqu’à ce que la rouille complète parte.
De nouveau, toutes les parois doivent être imprégnées (on secoue bien) et donc, on bouche à nouveau tous les trous (idem étape précédente) et on laisse agir au minimum 30 minutes, au mieux 2 h voire plus (en fonction de l’état du réservoir).

Attention ! le produit ne doit pas sécher dans le réservoir, sinon, cristallisation et mauvaise adhérence de la résine ! Personnellement, j’ai secoué toutes les 5 minutes le réservoir, en le retournant de tous les cotés.
Vu l’état peu avancé de la rouille, j’ai vidangé après une heure.

Pour remarque : le produit fonctionne super bien et peut être réutilisé, donc n’hésitez pas à faire une cure de jouvence à un autre réservoir qui traine dans votre garage.

Rinçage à grandes eaux, rejet à l’égout possible.

SECHAGE TRES IMPORTANT !
Le réservoir doit être absolument sec après l’étape et avant l’application de la résine.
J’ai donc bien séché l’intérieur à l’aide d’air comprimé, puis j’ai rincé à nouveau le réservoir à l’acétone (et rien d’autre, comme stipulé dans la notice) en séchant à l’air comprimé. 1 litre d’acétone est largement suffisant.



d) Préparation du réservoir avant traitement


Dans le mode d’emploi, il est conseillé de démonter le robinet d’essence, la jauge et le bouchon de remplissage et de boucher tous les orifices par du ruban adhésif ou à l’aide de bouchon de liège taillés « forts » et enduits légèrement de pâte à joint.

Pour les micros trous, il suffit de placer un ruban adhésif à l’extérieur du réservoir, histoire que la résine bouche mais ne traverse pas. Lorsque le réservoir est complètement nappé, il faut alors l’orienter de façon à ce que l’excédent de résine vienne s’écouler sur cette parte « fragilisée », pour réaliser une surépaisseur et donc une surprotection.

En ce qui nous concerne, il n’y a que trois trou à boucher : celui du robinet, celui de la jauge et celui du trou de remplissage.

J’ai donc procédé comme suit :
- Bouchage du trou du robinet, simplement en installant le robinet. Puisque la résine ne peut se mettre sur celui-ci au risque de le boucher et que la résine ne peut sortir par celui-ci, je le bouche à l’aide de tuyau essence des deux cotés, en mettant une vis (M7) à chaque entrée. Un collier de serrage à l’extérieur en plus (pour serrer le tuyau sur la vis et empêcher un écoulement).
- Bouchage du trou de jauge après insertion de la résine, car cela me permet de juger la vitesse de propagation de la coulée à l’intérieur du réservoir. Les 5 vis de fixation de la jauge sont vissées afin de permettre leur dépassement intérieur (dans le réservoir) de +/- 2 mm. Cela permet d’éviter que la résine ne bouche complètement les filets, et crée (si la résine sèche trop vite) une boursouflure interne, pour être sur qu’on saura les serrer à fond lors de la remise de la jauge essence au remontage.
- Pour le trou de remplissage, il est bouché en dernier, lorsque toute la résine est insérée. Plusieurs couches de ruban adhésif sont utilisées pour éviter toute fuite (je me dis que l’aspect pâteux (viscosité) de la résine ne passera pas au delà du ruban).

Avant de passer à l’étape suivante, on garde de coté une loque propre et de l’alcool à bruler. Tant que la résine n’est pas sèche, on peut l’enlever aisément avec l’alcool à brûler. Cela aide si il y a des coulures sur la surface extérieure du réservoir et servira au nettoyage du robinet d’essence (voir plus loin).



e) Traitement à la résine – RESTOM EIR 2000



Les pots (résine+durcisseur) contiennent la quantité nécessaire au traitement du réservoir, en fonction du kit choisi (évidemment).

Le premier conseil, expliqué dans la notice, c’est la température à respecter pour l’application de la résine : entre 15 et 25°C.
Ceci est très important car la température adéquate permet de faire un mélange correct et d’obtenir une bonne adhérence. S’il fait plus chaud, la résine durcira plus vite et sera moins évidente à appliquer. A l’inverse, si elle est trop froide, elle sera trop liquide, aura du mal à sécher et l’adhérence ne sera pas idéale…
La résine se fixant assez rapidement, vous avez un temps limite pour pouvoir napper les parois.

Le mélange doit être effectué en 3-4 minutes, à l’aide du baton mélangeur (fourni avec le kit). Les pots étant à moitié rempli, on peut aisément passer le mélange de la boite de résine à celle du durcisseur et inversement. Le mélange est homogène lorsqu’il est transparent.

Ensuite, roulement de tambours (et palpitations pour les frileux comme moi) :-D … On insère la résine par le trou de remplissage, en on observe ..

Etonnement, je ne m’attendais pas à ce que la résine coule aussi rapidement et nappe aussi facilement la paroi. La coulée (comme de la lave, sans faire hollywoodien ^^) avance et la résine de dépose bien sur la paroi.

Pendant qu’elle nappe la surface du bas, on bouche rapidement le trou de la jauge et le trou de remplissage, sans lésiner sur l’adhésif.
Personnellement, je pense qu’il est important de faire tourner le réservoir dans tous les sens, mais étape par étape (en tenant le réservoir comme s’il était placé dans le combi, avec le trou de remplissage sur la droite) : d’abord la face du bas, puis les faces latérales (en tenant, je le fais basculer vers l’avant puis en arrière pour napper les parois de devant et de derrière), ensuite la face gauche (réservoir mis debout), puis la gauche (réservoir debout aussi mais en insistant pour que la résine aille jusqu’à l’entrée du trou de remplissage). Pour terminer, on retourne le réservoir pour la résine aille sur la surface supérieure (où se trouve le trou de jauge).
Pour chaque surface, je laisse le réservoir en position pendant 2 minutes.

A la fin, j’effectue plusieurs rotations dans tous les sens pendant 5 à 10 minutes, et recommence les étapes en insistant sur les faces latérales. En effet, la face du dessus serait la moins affectée par la rouille si jamais la résine n’adhère pas bien, et puisque le réservoir reposera sur la face du bas pendant le séchage, je ne crains pas un manque de résine sur cette partie.

En une grosse demi-heure, la grand partie de la résine a pris (prise rapide mais séchage long).

Avant de me retrouver avec des trous à devoir déboucher, j’enlève le ruban adhésif du trou de jauge et du trou de remplissage. Pour le trou de jauge, un peu de résine est passée et je nettoie l’extérieur à l’aide du chiffon imbibé d’alcool à bruler (Attention à ne pas en mettre de trop et risquer d’en mettre dans le réservoir !). J’enlève également les 5 vis que je nettoie à l’alcool à bruler à l’aide d’un pinceau.

Après que la résine ait passé 1 heure dans le réservoir, je défais le robinet d’essence. Le filetage étant un filetage femelle, pas de risque de mettre de résine dessus. User de gants est indispensable pour ne pas se mettre de la résine partout. Une fois que les tuyaux d’essence sont enlevés, nettoyage du robinet par acquis de conscience.

Bien évidemment, l’excédent de résine va couler par le trou du robinet, donc ne pas oublier de prévoir un bac récupérateur (qui finira à la poubelle).
Il n’y a plus qu’à laisser sécher pendant 7 jours !

Ci-dessous, les premières photos (sorry pour la qualité) faites 1 heures après l’application de la résine, qui n’est pas encore sèche.


Image


Image

Image

Image

Image
Sur cette photo, on peut apercevoir les deux parois anti-remous pour l'essence. Les ouvertures étant présentes en haut et en bas, il est très compliqué de napper cette paroi. Malheureusement, on fait du mieux qu'on peut .. Pour les traces vertes, il s'agit simplement d'anciennes traces d'essence.

Image



f) Après trois jours de séchage


La résine a déjà bien durci, donc place aux photos…

Image
Vue du trou de remplissage


Image
Vue du trou de remplissage – Comme vous pouvez le voir, on aperçoit l’aspect lisse de la résine et le bon nappage sur toute la surface inférieure


Image
Vue du trou de remplissage sur les surfaces latérales et parois anti-remous – De nouveau, le nappage semble correct sur toutes les parois


Image
Vue sur le trou du robinet d’essence (vue extérieure) – La résine a déjà bien durci. On ne le voit pas bien, mais le filetage n’est pas touché


Image
Photo du bac récupérateur – plus ou moins 20 cl de résine ont coulé au fond de ce dernier




g) Travail Post-Traitement


- Taraudage des filets de vis de serrage de jauge (M5, pas de vis normal)

Image

Image
Pour les deux derniers pas de vis, plus récalcitrant, on se sert de la jauge comme guide, ce qui évite de foirer le taraudage, forer plus gros et retarauder.


- Remise en état de la peinture

Image
Ce n’est pas du travail de pro, mais puisque le compartiment était bien sec, un antirouille en bombe me semblait suffisant. Application de 4-5 couches. Mon but est de protéger, l’esthétique compte mais me serait revenu trop cher, alors, pour un réservoir qu’on ne verra même pas monté… Hésitation à passer un peu d’Hammerite au pinceau sur la partie fragilisée, après le remontage de la jauge…

- Nettoyage du trou du robinet d’essence

Image
Pas besoin de se compliquer la vie : Avec une bonne lime, on enlève le surplus de résine pour arriver à effleurement du filetage. Ca rentre comme dans du beurre !
Modifié en dernier par Bentycox le Jeu 14 Sep 2017, 8:04, modifié 11 fois.
Avatar de l’utilisateur
Bentycox
 
Messages: 28
Enregistré le: Lun 05 Déc 2011, 18:05
Localisation: Ham/sur/heure

Re: Tutoriel : Restauration d'un réservoir - Kit RESTOM

Messagepar coxbzh » Lun 11 Sep 2017, 18:54

super tuto! merci et vivement la suite :P
coxbzh
 
Messages: 57
Enregistré le: Ven 19 Fév 2016, 8:40

Re: Tutoriel : Restauration d'un réservoir - Kit RESTOM

Messagepar -diabolo- » Lun 11 Sep 2017, 23:38

Vite la suite ;)
Avatar de l’utilisateur
-diabolo-
 
Messages: 146
Enregistré le: Jeu 12 Fév 2009, 12:38
Localisation: pairi daiza

Re: Tutoriel : Restauration d'un réservoir - Kit RESTOM

Messagepar lucas » Mer 13 Sep 2017, 21:51

Bonjour,

Personnellement, je n'ai jamais utilisé ce produit.
Pour la cox, j'ai agité le réservoir déposé avec du savon, de l'eau et des écrous/boulons, bien rincé etc, et je n'ai plus eu de rouille.
Il faut dire que je roule dans les 10.000 Km par an, et donc que l'essence ne stagne pas dans le réservoir.

Pour la volvo de 1965, le réservoir était pourri, les cloisons internes ne tenaient plus et la mise à l'air était bouchée par du mastic (merci les cromagno-mécaniciens :evil: ). Et là, j'ai acheté un neuf.
Vu la différence de prix avec le kit Restom, cela valait la peine, je suis reparti pour 50 ans.
160.000 km en 17 ans, et ça continue!
Avatar de l’utilisateur
lucas
 
Messages: 1775
Enregistré le: Dim 28 Nov 2004, 22:28
Localisation: Oostende

Re: Tutoriel : Restauration d'un réservoir - Kit RESTOM

Messagepar Bentycox » Jeu 14 Sep 2017, 0:06

Upload de la seconde partie ;)

A bientôt pour la suite et fin !
Avatar de l’utilisateur
Bentycox
 
Messages: 28
Enregistré le: Lun 05 Déc 2011, 18:05
Localisation: Ham/sur/heure

Re: Tutoriel : Restauration d'un réservoir - Kit RESTOM

Messagepar fuscox » Jeu 14 Sep 2017, 10:54

Merci pour se placement concernant la réfection d'un réservoir. :wink:
29°Meeting Coxlessinoise le 12 Aôut 2018
Avatar de l’utilisateur
fuscox
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 3109
Enregistré le: Dim 28 Nov 2004, 20:40
Localisation: Lessines


Retourner vers Mécaniques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité